Tumbes-Choco-Magdalenda-New-Granada-croix-tree-frog.jpg

Close-up of light-brown frog on rock, river in background.
Légende: 
Rainette à bandes croisées de la Nouvelle-Grenade (Smilisca phaéota), Chocó, Colombie.
Crédit: 
© Robin Moore/iLCP

La concentration d'une grande variété d'écosystèmes dans une zone relativement petite a conduit à des niveaux très élevés d'endémisme dans le hotspot de biodiversité de Tumbes-Chocó-Magdalena.

Unitées

On estime que 11,000 25 espèces de plantes vasculaires se trouvent dans le hotspot, dont environ 5,000 pour cent ne se trouvent nulle part ailleurs. Parmi ceux-ci, XNUMX XNUMX se trouvent dans le Chocó colombien, une zone considérée comme la zone la plus diversifiée sur le plan floristique des Néotropiques.

Les parties nord du hotspot de l'Équateur et du Chocó colombien sont caractérisées par des forêts extrêmement humides ou pluviales qui reçoivent huit mètres de précipitations annuelles et ont une diversité par hectare de jusqu'à 300 espèces d'arbres. Les forêts sèches du sud-ouest de l'Équateur et du nord du Pérou sont dominées par de grands arbres émergents de la famille des Bombacaceae, dont le ceiba (Ceiba trichistandra). Ces forêts supportent des niveaux élevés d'endémisme et sont extrêmement menacées.

Les îles Galápagos abritent près de 700 espèces de plantes vasculaires, dont environ un quart sont endémiques, dont six genres endémiques de plantes à fleurs.

Oiseaux

Les forêts du hotspot sont mondialement importantes pour l'endémisme des oiseaux, abritant près de 900 espèces au total, dont environ 110 ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde. Parmi les espèces d'oiseaux distinctives de la région se trouve le guan à ailes blanches en danger critique d'extinction (Penélope albipennis), que l'on ne trouve que dans les forêts sèches à l'extrême sud du hotspot. L'espèce a été redécouverte en 1977 après n'avoir pas été vue pendant plus d'un siècle. L'oiseau parapluie à long caroncule à l'aspect inhabituel (Céphaloptère penduliger), répertorié comme vulnérable sur la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées, se trouve également ici.

mammifères

Parmi les mammifères, les primates sont probablement les plus connus du hotspot. Les produits phares comprennent trois espèces de singes araignées et trois espèces de tamarins à face nue.

La moitié des espèces endémiques de la région vivent aux Galápagos, y compris les rats du riz du genre Nésoryzomys. L'espèce de mammifère la plus reconnaissable de l'archipel est l'otarie à fourrure des îles Galápagos en voie de disparition (Arctocephalus galapagoensis), le plus petit des pinnipèdes.

Reptiles

On estime qu'il existe plus de 320 espèces de reptiles dans le hotspot, dont près de 100 sont endémiques (dont plus de 20 espèces aux Galápagos). Des cinq genres endémiques de la région, les plus connus sont l'iguane marin (Amblyrhynchus cristatus) et deux espèces menacées d'iguane terrestre endémique des Galápagos, l'iguane terrestre de Santa Fe (Conolophus pallidus) et l'iguane terrestre des Galápagos (Conolophus Subcristatus); tous les trois sont répertoriés comme vulnérables sur la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées.

D'autres espèces de reptiles présentes comprennent la tortue de Dahl en danger critique d'extinction (Phrynops dahli) et la tortue de boue Vulnérable de Dunn (Kinosternon dunni), tous deux endémiques.

Amphibiens

La diversité des amphibiens est encore plus impressionnante que la diversité des reptiles dans le hotspot, avec plus de 200 espèces, dont une trentaine sont endémiques. De nouvelles espèces sont découvertes plus rapidement qu'elles ne peuvent être décrites.

Certaines des espèces les plus connues de la région sont les grenouilles venimeuses de la famille des Dendrobatidae. Ces beaux animaux aux couleurs vives sécrètent des alcaloïdes toxiques à travers leur peau, leur coloration aposématique brillante servant à avertir les prédateurs qu'ils sont interdits. La grenouille venimeuse dorée en voie de disparition (phyllobates terribilis), que l'on ne trouve que dans le bassin de la rivière Saija dans le sud du Chocó, est l'un des trois vertébrés les plus venimeux au monde. Sa toxicité est telle que les Indiens Emberá locaux empoisonnent leurs flèches de sarbacane simplement en les frottant le long du dos de ces petites grenouilles. Cependant, de nombreux amphibiens endémiques du hotspot sont limités à des habitats de quelques kilomètres carrés seulement, ce qui les rend particulièrement vulnérables. En effet, plusieurs taxons ont déjà disparu en Equateur ces dernières années.

Poissons d'eau douce

Les bassins versants côtiers du nord-ouest de l'Amérique du Sud ont des faunes de poissons relativement clairsemées par rapport aux grands bassins versants du côté atlantique du continent. Le hotspot compte environ 250 espèces de poissons (dont près de la moitié sont endémiques) dans 54 familles, avec sept genres endémiques ; l'endémisme est centré autour des vallées de la Magdalena et de l'Atrata. Il n'y a qu'une seule espèce endémique (Ogilbia galapagosensis) sur les îles Galápagos.

En savoir plus sur les espèces du hotspot dans notre profil de l'écosystème (PDF - 1.5 Mo), également disponible en Espagnol (PDF - 1.2 Mo).