emmanuel-smith-header.jpg

Emmanuel debout devant une plante aux très grandes feuilles.
Légende: 
Emmanuel Smith devant le bureau de la SCNL à Monrovia, au Libéria.
Crédit: 
© Eugène Harvey/SCNL
« Le rôle d'Emmanuel nécessite des relations exceptionnelles avec les communautés avec lesquelles il travaille ainsi qu'avec les nombreux partenaires techniques. Il a traité un large éventail de problèmes, de la viande de brousse commerciale à l'apiculture en passant par les programmes de prêt et l'alphabétisation. Emmanuel est profondément engagé dans la conservation au Libéria.Peggy Poncelet, directrice des subventions du CEPF

Emmanuel G. Smith est le coordinateur du projet pour le Société pour la conservation de la nature du Libéria (SCNL), la plus ancienne organisation de conservation du pays. Dans ce rôle, il coordonne les efforts pour aider 15 communautés à établir deux forêts communautaires, reliant le parc national de la forêt de Gola au Libéria au parc national de la forêt tropicale de Gola en Sierra Leone.

Les forêts communautaires servent de corridor crucial pour la faune, y compris une soixantaine d'espèces menacées, le chimpanzé de l'Ouest en danger critique d'extinction (Pan troglodyte verus) et Hippopotame nain en voie de disparition (Choeropsis liberoensis) parmi eux.

Étant donné que les communautés avec lesquelles SCNL travaille sont appauvries, une grande partie des efforts de l'organisation consiste à introduire des activités génératrices de revenus respectueuses de la forêt tropicale et intelligentes face au climat, notamment l'apiculture et la culture du cacao. Soixante-douze pour cent des ménages ont bénéficié d'au moins un des programmes de subsistance du projet.

La prochaine étape consistera à signer un accord de gestion communautaire des forêts avec le gouvernement. Les communautés ont récemment démontré leur engagement à conserver leurs ressources naturelles lorsqu'elles ont refusé une offre d'une entreprise forestière.

M. Smith s'est intéressé à la conservation après avoir rejoint le Forest Biodiversity Conservation Club à l'Université du Libéria, où il a obtenu son diplôme de premier cycle en foresterie générale.

Il est membre du Rainforest Trust et a récemment reçu une bourse complète pour un programme de maîtrise de deux ans à l'Université de Greifswald en Allemagne. Il commencera ses études en octobre 2020, en se concentrant sur l'écologie du paysage et la conservation de la nature. Après avoir terminé le programme, M. Smith prévoit de retourner au Libéria pour poursuivre son travail de conservation.

Dans ses mots

apiculture.jpg

Quatre personnes portant un équipement de protection debout autour d'une ruche en bois. Une personne tient la ruche, une autre sourit.
Légende: 
Apiculture avec les membres de la communauté.
Crédit: 
© Emmanuel Smith/SCNL

CEPF : Quel est votre conseil numéro un pour réussir un projet ?  
Emmanuel: Mon conseil majeur pour réussir un projet est d'impliquer toutes les parties prenantes, d'être transparent et de gérer les attentes des communautés locales.

CEPF : Quels conseils donneriez-vous aux écologistes en herbe ? 
Emmanuel: Mon conseil est de vous rendre disponibles pour servir où et quand vous êtes appelés. Soyez un joueur d'équipe et établissez des relations à tous les niveaux : local, national et international. Soyez honnête dans tout ce que vous faites et travaillez avec passion, pas parce que vous voulez impressionner vos patrons.

CEPF : Êtes-vous optimiste quant à la protection à long terme des écosystèmes et de la biodiversité du Libéria ?
Emmanuel: Oui! Avant, la conservation était perçue par les communautés comme une idée occidentale. Cette perception a changé grâce aux interventions de sensibilisation et de moyens de subsistance menées par les organisations de conservation locales et internationales. Aujourd'hui, les communautés prennent même elles-mêmes des initiatives de conservation.

Projets SCNL financés par le CEPF