corosha-peru-header.jpg

Man on foot leads woman on horse on undulating terrain.
Légende: 
Visiteur avec guide dans une zone protégée de la communauté campesino de Corosha, Amazonas, Pérou, faisant partie du hotspot de biodiversité des Andes tropicales.
Crédit: 
© Michael Tweddle

Dans une année charnière pour la conservation de la biodiversité, L'Agence Française de Développement et l'Union Européenne réinvestissent dans le Critical Ecosystem Partnership Fund

Le fonds protège les points chauds de la biodiversité dans le monde - des écosystèmes dont les gens dépendent

Arlington, Virginie, États-Unis (23 janvier 2020) – Conscientes du lien vital entre la biodiversité et des communautés saines, l'Agence française de développement et l'Union européenne réinvestissent dans le Critical Ecosystem Partnership Fund ( CEPF). Le CEPF a annoncé aujourd'hui de nouvelles contributions d'un montant total de 27 millions d'euros (près de 30 millions de dollars US), l'Agence Française de Développement fournissant 14 millions d'euros (15.5 millions de dollars US) et l'Union européenne 13 millions d'euros (14.4 millions de dollars US) pour soutenir les activités du CEPF. . 

Les fonds seront utilisés pour des subventions qui autonomisent la conservation dirigée localement des points chauds de la biodiversité—Les zones terrestres les plus riches sur le plan biologique mais pourtant menacées, qui fournissent des services essentiels tels que l'eau douce, la nourriture, l'air pur, le stockage du carbone qui limite le changement climatique, etc. 

L'Agence Française de Développement et l'Union européenne sont deux des six donateurs mondiaux du CEPF, travaillant avec Conservation International, le Fonds pour l'environnement mondial, le gouvernement du Japon et la Banque mondiale pour soutenir la mission du CEPF. L'Agence Française de Développement a rejoint le CEPF en 2006, et l'Union européenne est devenue un bailleur de fonds pour la première fois en 2012. Les fonds supplémentaires portent le total des contributions au CEPF de l'Agence Française de Développement à 39.7 millions d'euros (près de 50 millions de dollars), et de l'Union européenne, 30.1 millions d'euros (35 millions de dollars). Les contributions et les contributions annoncées au CEPF par tous les donateurs totalisent désormais plus de 364 millions de dollars. 

Fondé en 2000, le CEPF a accordé plus de 244 millions de dollars de subventions à plus de 2,400 98 entités de la société civile (organisations non gouvernementales, groupes communautaires et autochtones, universités et entreprises privées) dans 15 pays en développement ou en transition. Les résultats comprennent la création de plus de 45 millions d'hectares d'écosystèmes officiellement protégés et une gestion améliorée de plus de 3,100 millions d'hectares, et des bénéfices pour plus de 880 XNUMX communautés et plus de XNUMX espèces de la Liste rouge de l'UICN. 

« Enrayer la perte de biodiversité et protéger les écosystèmes sont des objectifs cruciaux qui soutiennent tous les services de base dont l'humanité a besoin », a déclaré Gilles Kleitz, directeur du département Transitions écologiques et ressources naturelles de l'Agence française de développement. être intensifié, d'autant plus que les écosystèmes riches en espèces sont des outils puissants dans la prévention et l'adaptation au changement climatique. Nous exhortons les autres donateurs à faire plus pour conserver la diversité biologique mondiale, qui est un élément nécessaire de l'équation si notre planète est pour résister au stress du changement climatique et aux exigences de soutien d'une population de 7.8 milliards de personnes et en croissance.

Un récent rapport soutenu par l'ONU sur la biodiversité mondiale a révélé que jusqu'à 1 million d'espèces sont menacées d'extinction, la plupart en quelques décennies. Selon le rapport publié par la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), la dégradation des terres a réduit la productivité de 23 % de la surface terrestre mondiale, et jusqu'à 577 milliards de dollars américains de cultures annuelles mondiales sont menacés par la perte de pollinisateurs. De plus, 100 à 300 millions de personnes sont exposées à un risque accru d'inondations et d'ouragans en raison de la perte d'habitats côtiers et de protection.

En octobre 2020, les signataires de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique se réuniront en Chine pour discuter du besoin urgent de davantage d'actions en faveur de la conservation de la biodiversité et pour fixer de nouveaux objectifs mondiaux. Cette réunion et d'autres événements prévus pour cette année ont de nombreux membres de la communauté environnementale qui qualifient 2020 de "super année de la biodiversité". 

« Nous sommes confrontés à une urgence écologique, et les risques de perte de nature pour l'humanité sont alarmants. Cependant, il est possible d'arrêter et d'inverser cette tendance », a déclaré Chantal Marijnissen, chef d'unité Environnement, ressources naturelles et eau à la Direction générale de la coopération internationale et du développement de la Commission européenne. 

« Le CEPF dispose d'un modèle éprouvé qui aide les parties prenantes locales à conserver certains des écosystèmes les plus diversifiés au monde sur le plan biologique. En retour, ces écosystèmes fournissent des services vitaux, notamment de l'eau douce, de la nourriture, des médicaments, de l'air pur, l'atténuation et l'adaptation au changement climatique et une protection contre les conditions météorologiques extrêmes. Garder ces écosystèmes en bonne santé favorise des moyens de subsistance durables et des communautés résilientes », a déclaré Marijnissen.

Avec ses États membres, l'Union européenne est le plus grand bailleur de fonds au monde pour la conservation de la biodiversité. Un sondage d'opinion de 2015 a révélé qu'au moins trois quarts des Européens pensent qu'il existe de graves menaces pour les animaux, les plantes et les écosystèmes aux niveaux national, européen et mondial, et plus de la moitié pensent qu'ils seront personnellement affectés par la perte de biodiversité.

« Nous remercions L'Agence Française de Développement et l'Union européenne pour leur soutien continu et leur leadership en matière de conservation de la biodiversité mondiale », a déclaré Olivier Langrand, directeur exécutif du CEPF. « Eux et nos autres donateurs reconnaissent l'urgence de renforcer les populations d'espèces et les écosystèmes biologiquement riches alors que nous planifions un avenir durable. Et nous remercions également nos bénéficiaires, des personnes dans les points chauds de la biodiversité qui prennent courageusement l'initiative de protéger leur nature et leurs communautés. »
###

Photographie disponible en téléchargement ici


Personne-ressource : Julie Shaw, jshaw@cepf.net  +1 571.228.0860

À propos du Fonds de partenariat pour les écosystèmes critiques

La biodiversité est fondamentale pour une planète saine et des communautés prospères, mais les espèces du monde sont extrêmement menacées. Le Fonds de partenariat pour les écosystèmes critiques (CEPF) remplit un rôle stratégique unique dans la lutte contre la crise d'extinction en mobilisant et en habilitant la société civile (organisations non gouvernementales, communautés, peuples autochtones, universités, etc.) à protéger les points chauds de la biodiversité dans le monde. En savoir plus sur www.cepf.net, Facebook, Twitter et LinkedIn.