vikash-tatayah-header.jpeg

Vikash Tatayah avec une petite statue de dodo.
Légende: 
Vikash Tatayah avec statue de l'oiseau dodo éteint, endémique de l'île Maurice.
Crédit: 
© Mauritian Wildlife Foundation

Le Dr Vikash Tatayah, né à Maurice, est le directeur de la conservation du Fondation Mauricienne pour la Faune (MWF), où il travaille depuis 23 ans. Maurice est l'une des îles les plus dégradées de la planète, et MWF est l'une des rares organisations locales à se concentrer sur la protection des plantes et des animaux endémiques menacés du pays.

MWF a mené des efforts de plusieurs décennies pour ramener des espèces au bord de l'extinction, y compris la perruche écho (Psittacula eques) et pigeon rose (Nesoenas mayeri), qui ont toutes deux été récemment retirées de la liste rouge de l'UICN des espèces menacées, de En danger à Vulnérable. 

Sous la direction du Dr Tatayah, MWF a utilisé une subvention du CEPF pour réintroduire la perruche écho et le pigeon rose, ainsi que la crécerelle de Maurice (Falco ponctué), à plusieurs forêts où ils avaient disparu localement.

L'organisme a utilisé une deuxième subvention pour soutenir des stratégies visant à mieux protéger les écosystèmes sous-étudiés de l'archipel de Saint-Brandon.

Dans ses mots

CEPF : Les travaux de conservation sont difficiles et s'accompagnent souvent d'échecs. Qu'est-ce qui vous motive ? 
Vikash : Ce qui m'anime personnellement, c'est la profonde conviction que ce que nous faisons a un sens pour moi, pour mes enfants et pour mon pays. C'est quelque chose pour lequel il vaut la peine de se battre, et je sens que je contribue à un grand idéal. 

vikash-avec-serpent-inline.jpeg

Vikash avec une lampe frontale tenant un serpent la nuit.
Légende: 
Sur le terrain.
Crédit: 
© Mauritian Wildlife Foundation

CEPF : Quel est votre conseil numéro un pour réussir un projet de conservation ?  
Vikash : Aucun projet ne peut réussir sans une équipe. Le personnel de terrain est l'épine dorsale d'un projet réussi, travaillant en étroite collaboration avec les gestionnaires et les directeurs, l'équipe comptable, les scientifiques, les bailleurs de fonds, les éducateurs et les communicateurs, et ceux qui feront la planification et la médiation avec les parties prenantes, faisant rapport au CEPF, etc. Ils sont tous les rouages ​​de la même roue.   

CEPF : Quels conseils donneriez-vous aux écologistes en herbe ? 
Vikash : La conservation n'est pas un travail de 8 à 4, de cinq jours. Cela nécessite d'immenses quantités de sacrifices personnels, physiques et financiers. Cependant, si vous êtes convaincu de la justesse de ce que vous faites, cela apporte un immense bonheur. Je rencontre souvent des jeunes qui idéalisent le travail, mais ne sont pas conscients des difficultés. Une fois qu'ils se rendent compte de ce qu'implique réellement une carrière dans la conservation et qu'ils ont l'émotion, le mental et l'endurance nécessaires pour s'engager, alors le bonheur est assurément une récompense garantie. 

CEPF : Quel avenir pour vous ? 
Vikash : Je travaille dans le domaine de la conservation depuis près d'un quart de siècle, j'ai vu beaucoup de succès, j'ai connu pas mal de revers aussi, et j'ai l'impression qu'on n'a pas encore fait assez. Je me vois aller encore plus loin, bien plus loin que je ne l'ai fait jusqu'à présent, au cours des 25 prochaines années. Je ne peux pas m'imaginer faire autre chose que de la conservation. Je veux terminer ma carrière avec la satisfaction personnelle d'avoir fait tout ce qu'on aurait pu faire dans une vie pour créer un monde (au moins un pays) avec une biodiversité plus riche qu'il ne l'aurait été autrement. 

pigeon rose sur branche